Les représentantes des groupes membres de la TCGFM en compagnie d'Isabelle Lord (bureau de la députée fédérale Sherry Romanado) et Pascale Navarro lors du lancement officiel du projet en mai 2017. Bien que les femmes représentent la moitié de la population québécoise, elles n’arrivent toujours pas à occuper un espace proportionnel dans l’espace public et le discours médiatique. Selon une étude menée l’automne dernier par l’Université Carleton, pour le compte de l’organisme Informed Opinions, "les femmes sont très largement sousreprésentées dans les médias canadiens. D’autant plus étonnant que ce déséquilibre flagrant touche toutes les sphères d’expertise. Ainsi, le nombre d’hommes dépasse celui des femmes dans chaque catégorie professionnelle: 66% des universitaires cités sont des hommes, 76% des politiques, (...) et seulement 55% dans le secteur de la santé… alors que les femmes représentent 80% des effectifs dans ces métiers." 


Aussi, selon le Conseil du statut de la femme du Québec, en 2014, les femmes représentaient moins que le tiers des sièges électifs au sein des instances municipales du Québec et seulement 17,6% des postes à la mairie étaient occupés par des femmes.


Depuis 2012, la Table de concertation du mouvement des femmes de la Mauricie (TCMFM) a réalisé une recherche en deux volets sur les représentations du leadership des femmes, dont celui de femmes en politique. Cette recherche a été réalisée grâce à la collaboration de la professeure Mireille Lalancette de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR). Le 1er volet visait à faire l’analyse du discours des femmes leaders de la Mauricie par le biais de l’analyse des dossiers de candidature des prix Mauriciennes d’influence (prix décernés à des femmes engagées dans leur communauté, dans divers secteurs d'activité, dont en politique). L’analyse d’articles publiés dans le quotidien régional "Le Nouvelliste", au sujet de ces candidates, a aussi fait l’objet de l’analyse. Le volet II, quant à lui, abordait les représentations du leadership, les obstacles qu’elles ont rencontrés, la vision qu’elles ont du plafond de verre (les « freins invisibles » à la promotion des femmes dans les structures hiérarchiques) et les conseils qu’elles ont à prodiguer aux femmes et aux hommes qui veulent suivre leurs traces en politique.


Inspirées par les résultats de cette recherche :
- La TCMFM et son Réseau d’élues municipales Mauriciennes d’influence (MIEM);
- La Table de concertation des groupes de femmes du Bas-St-Laurent (TCGFBSL);
- La Table de concertation des groupes de femmes de la Montérégie (TCGFM) et notre Réseau d’élues Montérégiennes d’influence;
- Le Groupe des médias étudiants (GMÉ) de l'UQTR, porte d’entrée vers les autres médias universitaires;
se sont alliés afin de présenter ce projet qui agira sur les représentations des femmes en politique. De plus, des partenaires institutionnels se sont greffés au projet, soit : le département de communication sociale de l’UQTR, le Service aux collectivités de l'UQAM et son département de communication, le Réseau de élues municipales Montérégie Est (RÉMME), ainsi qu'une dizaine d'élus municipaux engagés dans leur municipalité, provenant des trois régions.

 

Enjeux/objectifs :
- Mieux comprendre les obstacles à la participation des femmes à la vie politique, qui dépassent le champ d’intervention habituel des médias et des instances municipales;
- Alimenter et mettre à contribution des agents.es de changement, qui seront des voix fortes pour transformer leurs pratiques respectives;
- Mieux collaborer à accroître la voix et l’influence des femmes dans la vie publique et le discours médiatique au Québec, plus particulièrement au niveau de la politique municipale.


 
Les objectifs du projet visent à ce que les médias (universitaires, communautaires et traditionnels) ainsi que les instances municipales:
- Prennent conscience de leur pouvoir d’influence et de leur capacité à être des acteurs de changement dans l’accroissement de la place des femmes, et de leur voix, dans le discours public et médiatique;
- Adoptent de nouvelles attitudes, de nouveaux processus et façons de faire, afin de favoriser l’ascension des femmes à la vie politique.

 

Six champs d'activités seront déployés au cours de ce projet triennal :
A- Développement et consolidation de partenariats intersectoriels
B- Étude de contexte médiatique et identification de pistes de solutions
C- Mise en œuvre de solutions adaptées aux réalités ciblées en B
D- Identification des obstacles majeurs à la participation des femmes à la vie politique municipale et développement d'axes prioritaires en vue d'agir
E- Développement de laboratoires de pratiques afin d’intégrer les axes prioritaires ciblés
F- Diffusion, promotion et appropriation des axes prioritaires identifiés et des stratégies d’intervention expérimentés et évaluation
 

                  

 

© Table de concertation des groupes de femmes de la Montérégie (TCGFM) 2016. Tous droits réservés.

  |     |   Plan du site  |  Thème par Themeum