Nouvelles

Crise du logement : Monsieur Legault, pourquoi les femmes écopent davantage ?

SAINT-LAMBERT, le 17 octobre 2022 - Il y a un peu plus de 4 ans, à la veille des élections provinciales de 2018, la Table de concertation des groupes de femmes de la Montérégie (TCGFM) sonnait déjà l’alarme quant à la précarité résidentielle vécue par les femmes. Sa revendication d’ « améliorer l’accès à des logements sociaux, permanents, abordables, salubres et sécuritaires, surtout des logements avec soutien communautaire répondant aux normes d’accessibilité universelle, notamment en investissant dans la construction de 50 000 nouveaux logements sociaux » urgeait le prochain gouvernement d’agir.
Monsieur Legault, alors que votre mandat se renouvelle, les groupes de femmes de la Montérégie veulent vous faire entendre leur cri du coeur. Leur constat est sans équivoque : la situation ne s'est pas seulement aggravée, elle est dramatique! Partout dans la région, tant dans les zones urbaines qu’en périphérie, les travailleuses qui forment la première ligne d’intervention rencontrent quotidiennement des femmes qui n’arrivent plus à se loger. Les augmentations aberrantes du marché locatif privé, la quantité insuffisante de logements sociaux - pour lesquels on peut voir jusqu’à sept ans d’attente - et les ressources d’hébergement qui débordent mettent les femmes en danger. « On est plus capables de référer ailleurs, tout est plein! Puis quand ce n’est pas plein, ce n’est pas adapté. Les services d’hébergement d’urgence mixte ne réservent pas de place pour les femmes. On a devant nous des femmes vulnérables, parfois à une nuit d’être dans la rue, et on a pas d’endroit sécuritaire pour elles », partage une intervenante de Longueuil.

Projet en cours

Démarré à l’automne 2018, le projet Conciliation Emploi-Famille+ (CEF+) vise une meilleure conciliation entre l’emploi, la famille, les études et la vie personnelle en Montérégie.

Ainsi, la TCGFM propose aux groupes communautaires de la région un accompagnement personnalisé dans l’amélioration de leurs pratiques. Par différentes activités de consultation, de sensibilisation, d’éducation populaire et de reconnaissance, CEF+ souhaite contribuer à une transformation de la culture organisationnelle ; l’importance d’une articulation saine entre les sphères professionnelles et personnelles doit être reconnue et imprégner le secteur de l’emploi. La conciliation emploi-famille-études-vie personnelle, c’est une responsabilité collective !

Pourquoi s’intéresser à la CEF+ ? Un peu d’histoire…

Au Québec, les dernières décennies sont marquées par plusieurs transformations majeures, tant au niveau du secteur de l’emploi que de la structure familiale traditionnelle. Les couples se divorcent, les aînés ont besoin de soins, les journées de travail allongent et les femmes, jusqu’à présent responsables du ménage et des enfants, intègrent le marché du travail. Ces éléments ne sont que quelques exemples illustrant le contexte social dans lequel émerge l’enjeu de la CEF+.

Or, le phénomène n’est pas nouveau, mais il ne tend pas à disparaître : la difficulté à atteindre un équilibre entre les différentes sphères de la vie et des responsabilités qui s’y rattachent est un enjeu majeur de plus en plus répandu.

Malgré les impacts positifs qu’elles entraînent, tant au niveau de la santé d’une organisation que de celle de son équipe, les mesures formelles de conciliation emploi-famille-études-vie personnelle (CEF+) demeurent trop peu répandues. Souvent par manque de temps, de ressources ou d’informations, favoriser la CEF+ n’est pas un dossier prioritaire aux yeux des employeurs.

Dans un contexte de société où les emplois traditionnellement féminins sont souvent sous-payés et peu valorisés, où plus de 80 % des emplois du secteur communautaire sont occupés par des femmes et où le travail invisible effectué dans la sphère familiale et d’aide aux proches est encore majoritairement assumé par les femmes, les inégalités basées sur le genre perdurent. Sachant que de bonnes pratiques de CEF+ peuvent contribuer socialement à la réduction des inégalités entre les femmes et les hommes et à l’amélioration des conditions de vie des femmes, il est d’autant plus primordial de les promouvoir.

Si vous souhaitez participer ou avoir de plus amples informations quant au projet CEF+, vous êtes invités à contacter Gabrielle Pitre, agente de projet à la TCGFM.

g.pitre@tcgfm.qc.ca / 514-291-2165


Prochain événement

Aucun événement à venir

Voir le calendrier pour les événements passés.

© Table de concertation des groupes de femmes de la Montérégie (TCGFM) 2016. Tous droits réservés.

  |     |   Plan du site  |  Thème par Themeum