16
Jul

Je suis féministe et je dénonce les pubs sexistes

Utiliser le corps de la femme comme valeur marchande, ça suffit ! L’égalité, ça passe aussi par notre façon de montrer les femmes et les hommes dans les pubs.

La TCGFM défend les droits des femmes depuis 30 ans. L’égalité des genres n’est pas atteinte, mais la dénonciation du sexisme et de l’objectivation des femmes est essentielle pour y arriver. 30 ans de féminismes et ça continu!

Lire
16
Jul

Je suis féministe parce que l’organisation devrait être l’affaire de tous et que oui, la charge mentale existe vraiment!

La charge mentale EXISTE vraiment et elle DOIT être partagée! "Penser à faire, à dire, à demander, à coordonner, à rappeler, à aller, à vérifier, à organiser, à ne pas oublier … penser à tout, finalement!”. Si vous aussi, vous jugez que l’organisation devrait être l’affaire de tous, PEU IMPORTE LE GENRE, vous êtes peut-être plus féministe que vous pensiez (et c’est une excellente chose!) 

Quand on soulève les inégalités persistantes entre les femmes et les hommes, la charge mentale est un concept important, bien que souvent mal compris. Traditionnellement, les hommes travaillaient et les femmes assuraient les responsabilités domestiques et familiales. Aujourd’hui, bien que les femmes aient intégré elles aussi le marché de l’emploi, elles demeurent les principales responsables de la sphère privée. Le problème de cette responsabilité de tout orchestrer, outre le fait qu’elle a un poids, qu’elle prend du temps et qu’elle demande de l’énergie c’est qu’elle est INVISIBLE! Tellement invisible que bien des gens croient encore qu’elle n’existe pas …

La charge mentale, ce n’est pas juste les tâches ménagères et la gestion des enfants. La charge mentale, c’est le poids généré par le devoir d’assurer À LA FOIS les responsabilités du travail, du couple, de la famille, des études, de la proche aidance et de la vie sociale et collective. L’égalité entre les femmes et les hommes, c’est aussi de partager la charge mentale!

Lire
16
Jul

Je suis féministe car la pauvreté touche encore trop de femmes

La pauvreté vécue par les femmes a la particularité d’être souvent invisible. Être une femme pauvre, ça ne se limite pas à être sans emploi ou sans domicile fixe et ça ne se voit pas toujours. Pour certaines, la pauvreté c’est de travailler à temps partiel pour s’occuper des enfants ou des proches dans le besoin. Pour d’autres, c’est d’allouer une trop grosse part de son revenu pour se loger. Pour d’autres encore, c’est d’œuvrer dans des secteurs d’emploi traditionnellement féminins qui sont souvent moins bien rémunérés, de devoir fréquenter les banques alimentaires pour assurer leurs besoins de base ou de demeurer dans une relation violente parce qu’elles dépendent financièrement de leur conjoint.

La pauvreté ce n’est pas un choix.

La pauvreté, ce n’est pas parce qu’on ne la voit pas qu’elle n’existe pas.

Lire
16
Jul

Je suis féministe car l'écarte salariale persiste

Saviez-vous qu’actuellement au Québec, pour chaque dollar gagné par un homme, une femme gagne 0,87$ seulement?

30 mars 2019. 30 ans de travail pour les droits des femmes. 30 ans de féminismes parce que - OUI, MÊME EN 2019 - les injustices entre les femmes et les hommes perdurent. Si vous jugez vous aussi que c’est inacceptable qu’une femme gagne un salaire inférieur que son collègue masculin seulement parce que c’est une femme, vous êtes plus féministe que vous le pensez.

Lire
11
Jun

LA TCGFM A 30 ANS!

Longueuil, le 30 février

En ce 30 février 2019, la Table de concertation des groupes de femmes de la Montérégie est fière de lancer la campagne : « TCGFM : 30 ans de … » soulignant ses 30 ans d’existence à titre d’organisme de défense de droits.

 

Lire

© Table de concertation des groupes de femmes de la Montérégie (TCGFM) 2016. Tous droits réservés.

  |     |   Plan du site  |  Thème par Themeum